Droit d’asile : pas de confinement de l’action de Quazar

Le pôle Droits des étranger·e·s de Quazar à continué à travailler pendant le confinement : des réunions Skype entre bénévoles et de nombreux rendez-vous téléphoniques pour maintenir le lien avec des demandeuses et demandeurs d’asile encore plus isolé.es durant ce moment de distanciation sociale.

Le pôle à poursuivi ses actions en interrogeant le ministère de l’Intérieur sur ses projets d’hébergement spécifique aux LGBTI+ et l’OFII sur les conditions d’accès à l’allocation pour les demandeur.euses d’asile (ADA) dont beaucoup sont privé.es.

Dès le déconfinement, nous avons pu rencontrer les responsables des plateformes d’accueil des demandeurs d’asile d’Angers et du Mans (CVH PADA 49 et 72) chargées de remettre le courrier aux demandeur.euses d’asile trop souvent victimes d’un problème d’homonymie. Nous exigeons de CVH de remplir sa mission avec la rigueur qui s’impose afin de ne plus exposer les demandeur.euses à un outing en remettant leurs courriers confidentiels à un.e homonyme ni compromettre leur procédure en les privant d’un courrier important.

Depuis quelques semaines, les procédures reprennent doucement dans un contexte post confinement difficile. De nombreuses demandes de renvois d’audiences ont été faites car l’offre rare de transport ne permettait pas de voyager en temps voulu jusqu’à Paris, puis en banlieue ; Fontenay-sous-Bois pour l’OFPRA, Montreuil pour la CNDA. Les accompagnant.es ne peuvent plus être présent.es aux côtés de nos adhérent.es pendant leurs entretiens et audiences, crise sanitaire oblige.

Fort heureusement, malgré ce contexte difficile, les résultats qui tombent enfin après des mois d’attente sont encourageants et, depuis le 11 mai, ce sont trois personnes accompagnées par Quazar qui ont obtenu leur statut de réfugié.es à la CNDA et une à l’OFPRA.

Le pôle Droits des étranger.es LGBTI+ de Quazar

Auteur de l’article : Quazar