VIH et IST, 1er décembre 2021 – Baisse de 22% des contaminations et de 14% du dépistage

vih sida 1er décembre 2021

En 2020, le nombre de découvertes de séropositivité du VIH et des infections sexuellement transmissibles (IST) est en forte baisse en raison d’une diminution du dépistage en période de Covid-19.

Santé Publique France estime à 4.856 le nombre de découvertes de séropositivité VIH en 2020. Soit une importante baisse de 22% par rapport à 2019. Parallèlement, les sérologies VIH réalisées en laboratoires ont diminué de 14% entre 2019 et 2020, alors qu’elles avaient constamment augmenté entre 2013 et 2019.

Autre hypothèse, qui pourrait se conjuguer à la première, la moindre exposition au VIH liée aux barrières sociales et la baisse des relations sexuelles de l’ordre de 14% [1].

Santé Publique France évoque un possible retard au diagnostic et à l’accès aux traitements antiviraux dont l’effet préventif a un impact direct sur la dynamique de l’épidémie.

En 2020, 30% des infections à VIH ont été découvertes à un stade avancé de l’infection, ce qui constitue une perte de chance en termes de prise en charge individuelle et un risque de transmission du VIH aux partenaires avant la mise sous traitement antirétroviral.

La baisse du dépistage a également été constatée en 2020 pour trois IST (infections à Chlamydia trachomatis, gonococcie et syphilis) à hauteur de 6% en secteur privé et de façon plus marquée de 30% en Centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD), en raison de fermetures partielles ou totales pendant le premier confinement.

Le développement de la PrEP, en forte progression depuis 2018 et jusqu’au premier confinement, a été brutalement et durablement freiné. Les reprises observées dans les périodes suivant les confinements demeurent en-deçà des niveaux escomptés, avec un déficit estimé à 17 % en un an pour les initiations et à 28 % pour les renouvellements de PrEP.

 

[1] D’après un sondage de l’institut IFOP réalisé par questionnaire auto-administré en ligne du 24 au 27 avril 2020 auprès d’un échantillon de 3 045 personnes représentatives de la population âgée de 18 ans et plus et résidant en France métropolitaine, la proportion totale de personnes ayant eu un rapport sexuel au cours des quatre dernières semaines (soit sur le premier mois du premier confinement) est passée de 74 % à 56%, touchant majoritairement les célibataires en passant de 44 % à 13%. Une baisse de natalité a également été constatée par l’INSEE.

Conseil national du sida et des hépatites virales

 

 

Partagez cette page

Auteur de l’article : Quazar1