Pride Angers

 

Quazar, le Centre LGBTI+ d’Angers et du Maine-et-Loire, ainsi que tous ses partenaires, vous invitent à prendre part à l’édition 2021 de la PRIDE* D’ANGERS avec la Marche de Fiertés LGBTI+ et le Village des Fiertés.

Après deux ans d’absence, nous sommes plus que jamais mobilisé·e·s pour la défense de nos droits, durement acquis, pour en conquérir de nouveaux !

Infos pratiques

ANGERS – Samedi 25 septembre 2021
Esplanade Cœur de Maine

11:00 Ouverture du Village des Fiertés LGBTI+
14:00 Rassemblement de la Marche des Fiertés LGBTI+
Au retour de la Marche, venez vibrer au son des révélations DJ sur la scène du Village.
18:00 Before à L’Entre 2, 90 rue Lionnaise, 49100 Angers.
00:00 La nuit à L’Insolite Club, 61 rue Beaurepaire, 49100 Angers.

Tout au long de la PRIDE, le port du masque est recommandé, avec l’application des gestes barrières.

Le Village des Fiertés

L’Esplanade Cœur de Maine, entre le centre-ville et la Maine, est le nouveau lieu de la PRIDE 2021. Un espace plus vaste, plus aéré.
Les associations LGBTI+, acteurs de santé, syndicats, commerçants vous accueilleront dans leurs stands dès 11:00.

A partir de 12:00 et toute la journée, vous pourrez vous restaurer et partager un verre au PRIDE CAFÉ. Restauration rapide à emporter ou à consommer sur place, après votre passage au PRIDE CAFÉ, dans l’espace prévu à cet effet, avec contrôle du passe sanitaire à l’entrée.

Le podium du Village vous proposera une animation différente selon les temps de la journée. Présentation des associations présentes, de leurs activités et programme à venir. Scène musicale à l’arrivée.

La Marche des Fiertés LGBTI+

Sur le même lieu que le Village, rendez-vous pour tout le monde à 14:00 avant le départ de la Marche des Fiertés LGBTI+, manifestation de revendications pour nos droits. Les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence du Couvent des Chesnaies donneront le top départ après la bénédiction de la Marche.

Venez avec vos pancartes, vos drapeaux, vos ami·e·s pour revenir aux fondamentaux de nos marches de mobilisation pour nos droits.
Le format de la Marche est quelque peu modifié du fait de la situation épidémiologique pour que chacun·e puisse prendre soin d’elle ou de lui-même et aussi des autres. Nous ne faisons qu’appliquer à notre quotidien d’épidémie de Covid-19 le savoir-faire en matière de prévention et de réduction des risques que les lesbiennes, gays, bi·e·s, transgenres et intersexes ont su promouvoir en matière de santé sexuelle.

Militantisme et musique c’est possible ! Il faut juste relever le pari de la mobilisation après deux ans d’absence en inondant notre marche de vos slogans sur des pancartes, de simples cartons, vos tee-shirts. Soyez inventif·ive·s !

Devenez bénévoles de la PRIDE

Pour exister, la PRIDE a besoin de vous. Des tâches simples, adaptées à tout le monde, permettront le bon déroulé de cette journée.
Donner deux heures de son temps, ou plus, pour le partager au profit de tou·te·s, c’est aussi se faire plaisir.
Vous avez des aptitudes d’organisation particulières, bienvenue !

Pour vous renseigner au sujet de l’aide que vous pourriez apporter, c’est simple !
Juste un mail ici à la Team Pride. En un clic vous recevrez toutes les infos, sans engagement.

LGBTIPHOBIES, SÉROPHOBIE, NOTRE SANTÉ EN DANGER. UNI·E·S POUR LUTTER !

Le 17 mai 2021, Santé Publique France a publié un rapport intitulé Ampleur et impact sur la santé des discriminations et violences vécues par les personnes lesbiennes, gays, bisexuel·le·s et trans (LGBT) en France.

Il en résulte que plus exposées aux violences et aux discriminations, les personnes LGBT en France sont plus sujettes au mal-être et aux tentatives de suicide, à l’abus de substances psychoactives ou au renoncement aux soins. Santé Publique France préconise une meilleure adaptation du système de santé à leurs maux spécifiques.

Si les personnes LGBT vont souvent plus mal que les autres, c’est le plus souvent lié, non pas à leur orientation sexuelle ou leur identité et expression de genre, leur état de santé, mais à ce que les autres leur font subir.

Le rapport rappelle qu’en 2019, 35 % des LGBT ont déclaré avoir fait l’expérience d’au moins une forme de discrimination au cours de leur vie en raison de leur orientation sexuelle ou identité de genre.

Les lesbiennes, les gays et les bisexuel·les sont 2 à 3 fois plus souvent exposé·e·s à des violences psychologiques, verbales, physiques ou sexuelles que les personnes hétérosexuelles ; le phénomène est encore plus fréquent pour les personnes trans.

Les discriminations et les violences subies ont des répercussions délétères et durables sur la santé des personnes, se traduisant par des indicateurs de santé mentale et de santé sexuelle dégradés, et des phénomènes de renoncements aux soins.

Les politiques publiques visant à réduire structurellement les discriminations et les violences à l’encontre des LGBT ont un impact significatif sur la santé mentale et le bien-être de ces populations.

Si les constats établis à partir des données françaises sont clairs et concordants avec les données internationales, ils reposent, pour certains d’entre eux, sur des données anciennes et/ou parcellaires qui traduisent un manque de recherche sur ces questions.

D’où l’inquiétude de Santé Publique France sur l’impact de ces discriminations sur la santé, physique et mentale, des personnes LGBT, mais aussi sur la mauvaise prise en compte de problématiques de santé spécifiques.

Uni·e·s tou·te·s ensemble pour prendre soin de nous !

 

 

  • Pride, Gay Pride, Lesbian and Gay Pride, marques déposées. Tous droits réservés CONNECTION.

 

Partagez cette page